Magazine

Le Bal Tamoul et nos ancêtres de la Réunion

malbar top

L’origine du bal tamoul vient de l’Inde, cette tradition culturelle a marqué la mémoire de nos ancêtres qui sont venus de l’Inde du Sud pour un interminable voyage vers l’Ile de la Réunion, ayant emporter avec eux leurs cultes religieux et le savoir du bal tamoul qu’on appelle ici “le bal malbar”.

Le soir après la corvée chacun se retrouvait et entamait des pas de danses au son du tarlon matalon en chantant l’histoire de cette vieille racine du bal malbar, ce qui permettait la transmission d’énergie reliant le lien avec la Divinité et leurs pays qu’ils ont quitté.
Le bal tamoul fleurit sur l’île de la Réunion dans les années 60 et berça tout notre enfance. A cette il n’y avait pas de distraction , chaque année après une grande cérémonie remerciant les Dieux pour le travail accomplit tout au long de l’année , nos ancêtres retraçaient l’histoire du bal tamoul ou « Nadégam), qui se déroulait toute la nuit sous la salle verte jusqu’au levé du jour. Toute la famille, les amis, tout le quartier venaient assister à cette pièce de théâtre , chacun était solidaire et se respectait .
Les scènes du bal tamoul sont joués un peu partout dans l’Ile , ici à Casernes St Pierre c’est mon Oncle André et mon père Marcel qui animaient cette pièce de théâtre dont ils ont apprit de leur professeur Tonton Lingou (Mr Anakary Moneyen Ringou) .

Tonton Lingou et Mr Valléama ont continuer à perdurer la tradition, profitant des connaissances et du savoir de Tonton Lingou on a pu enregistrer l’intégralité complet de toutes les scènes datant de plus de plus de 35 ans tels que Marlkendeya, Kousseleven, Désingou Radja, Harischendrin, Vilékoumalin , Korvilen Kamégui, ect…., pour ne pas rester dans le vide un jour afin de faire renaître la culture de nos ancêtres de la Réunion
.
Tonton Lingou était un grand homme , tout le monde le respectait, il ne parlait jamais de lui, il avait en lui le Don du bal malbar, lui même il les a danser dans son temps . Lorsqu’il apprenait à lire le tamoul à ses élèves la discipline était de rigueur nous raconte mon père. Les pas de danses étaient différents de ceux d’aujourd’hui , ses élèves étant surtout dans le cercle familiale écoutaient avec attention ses recommandations. Il nous a laissé ce trésor qui est tout le fruit de sa passion et son amour pour le bal tamoul à travers lequel sa voix résonnera toujours comme le cymbale dans l’espace d’où il se trouve maintenant. Autrefois ce n’étaient que les hommes qui dansaient , très expérimenter de leurs talent , vêtus de leurs beaux costumes religieux ils entamaient les pas de danse du Dieu Ganesh (Coulcole) qui marque le début du bal , suivie ensuite de Katikarlen. Tout au long de la nuit ces acteurs jouaient leurs rôles jusqu’au levé du jour, et après le mangalom qui marque la fin du bal, on renversait toutes les chaises, tables et bancs donnant rendez-vous l’année suivante.

Chacun s’endormait avec le son du tarlon matalon dans les oreilles regrettant la fin du bal. Saluons le courage de la nouvelle génération qui avance dans les pas de cette danse car ce n’est pas facile de lever les pieds afin de continuer à perdurer la tradition encore très longtemps , qu’elle soit protégé et ne reste pas dans l’oubli pour la génération future de la même manière que nos ancêtres venant des lointaines existences nous ont laissés cet art du bal malbar. C’est ainsi que fut toute notre passion et notre admiration du bal tamoul.

Hommage à Tonton Lingou et nos ancêtres disparus.
Henriette SINGALAMY

4 comments
  1. MINATCHY Laurence

    Bonjour Madame Singalamy,
    Auriez vous l idée de mettre vos bandes vidéo sur DVD pour que la famille de Tonton Lingou, dont je fais partie, pourrait acquérir ? Merci.

  2. Toudar Aananda Amerson

    Vanakkam mes amis tamouls. Tout ce que vous évoquez sur le “Bal malbar” est vrai. Il faut plutôt écrire “malabaar”; mailaï voulant dire montagne en Tamoul et “baar” ou” paar” le monde ou l’univers. Le mot “malabaar” peut signifier l’univers des montagnes. En Inde c’est la partie occidentale du sud de l’Inde qui est appelée ainsi, région où s’étendent les “Ghates occidentales”, une chaîne de montagne. C’est regrettable que les Tamouls de la Réunion soient déracinés de leur langue et culture d’origine. Les colonisateurs ont trahi vos ancêtres. Ils ont massacré les valeurs de la plus ancienne culture du monde. Maintenant rattrapez votre retard. Apprenez le Tamoul, la plus ancienne et la plus riche langue de la planète et manifestez fortement l’identité surtout linguistique de notre vieille et grande civilisation.

    Toudar Aananda Amerson, UnTamoul qui veut toujours rester Tamoul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le choix de la Rédaction
kingfisher top
Fête Pongol-Procession top
serpent bronze
Danseuse tamoule top